L’histoire du festival d’Angoulême

Communément appelé festival d’Angoulême, ce rendez-vous international de la bande dessinée francophone et le plus sérieux d’Europe pour sa notoriété et son rayonnement culturel. Depuis 1974 et ce chaque année, c’est aussi le lieu adéquat des expositions, rencontres, débats et de nombreuses séances de dédicace. Étant donné son originalité et la forte participation des principaux auteurs francophones, le Grand Prix d’Angoulême et le Fauve d’or qui distingue les meilleurs trouvent toute leur importance. De nombreux auteurs sont impatients d’être à la prochaine édition de janvier 2017.

Festival d'Angoulême
Aimeriez-vous aller au Festival d’Angoulême ?

Le festival d’Angoulême : Une tradition qui s’est imposée au fil des années

Au départ la ville d’Angoulême n’avait aucune prédisposition à accueillir un tel évènement. C’est en fin 1972 et à la faveur de Francis Groux, alors conseiller municipal de la ville et passionné de bande dessinée, qui a fait venir Claude Moliterni pour créer l’exposition « Dix millions d’images : l’âge d’or de la BD » que les choses ont commencé à bouger. Le succès de cette exposition va amener Groux à renouveler l’expérience l’année suivante en y conviant de nombreux dessinateurs pour deux journées.

Le véritable départ avait été donné lors de la première édition du festival d’Angoulême du 25 au 27 janvier 1974, qu’on appelait alors salon international de la bande dessinée, tenue dans une l’aile désaffectée d’une partie du musée de la ville. Au fil des années, ce festival s’est diversifié avec la multiplication des colloques et conférences, l’ouverture à toutes les bandes dessinées, la décentralisation des activités d’où l’attribution d’un thème par édition à partir de 1976.

L’affirmation du professionnalisme du festival d’Angoulême avec l’arrivée de ces différentes phases s’est accompagnée d’une augmentation budgétaire de 1,1 million d’euros.  Malgré quelques soubresauts qui ont tenté de délocaliser le festival à Grenoble, celui-ci a réussi à garder son lieu d’origine.

Les récompenses d’une ampleur internationale

Depuis sa première édition, le festival d’Angoulême a décerné des prix à des auteurs de bande dessinée. Le plus prestigieux est le Grand prix de la ville d’Angoulême qui honore l’ensemble des œuvres d’un auteur le plus souvent francophone, malgré le festival à un caractère international. C’est le comité spécial choisi par le festival qui établit une liste des prix. Celle en vigueur depuis 2015 est :

  • Le Fauve d’or, prix le plus honorable
  • Le Prix spécial du jury,
  • Le Prix de la série,
  • Le Prix Révélation, pour la jeunesse ou une première œuvre
  • Le Prix du patrimoine, pour une réédition.

Huit titres de la sélection officielle sortent des canaux traditionnels de sélection pour être décernés soit par le public, soit par les enfants, soit par certaines personnalités soit encore par des membres de la scène alternative, c’est respectivement le cas du Prix public Cultura, du Prix jeunesse, du Fauve Polar SNCF et du Prix de la bande dessinée alternative qui distingue un projet de micro-édition ou un fanzine. 

Le festival d’Angoulême décerne également le Prix Tournesol, le Prix de l’École de l’image et le Prix polonais de la bande dessinée francophone. L’attentat de Charlie Hebdo du 7 janvier 2015 a amené les organisateurs à décerner dorénavant le Prix Charlie pour récompenser la Liberté d’expression.

Getboox, le 22 septembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *