Le prix des livres scolaires

En plus des précieux cours des enseignants, le Ministère de l’Éducation a adopté depuis plusieurs années la nécessité d’y adjoindre des livres scolaires qui servent de base et de guide pour les programmes scolaires. Ceux-ci assistent les élèves dans leur apprentissage continu à la maison, leur permettant même parfois d’anticiper sur les leçons à venir. Une aubaine différemment perçue.

livre, scolaire, getboox

Un besoin de rentabilité pour les éditeurs

Du cycle maternel au lycée, en passant par le primaire et le collège, il est désormais quasiment obligatoire de se procurer des livres pour garantir une meilleure formation scolaire. La charge de la conception de ces manuels a été confiée par le ministère à certains éditeurs, qui se basent ainsi sur le programme officiel de l’éducation et des techniques pédagogiques. Une fois édité, ceux-ci sont mis en vente dans librairies et magasins spécialisés à des prix variables, en fonction de l’utilité. Généralement, les manuels de la maternelle peuvent aller jusqu’à 22 euros, tandis que ceux du primaire ne dépassent pas souvent les 18 euros.

Des tarifs que l’on retrouve également dans les collèges. Cependant, une fois au lycée et avec l’exigence des matières de plus en plus spécifiques et ouvrant la voie à des professions bien précises, les prix tendent à s’envoler. De plus en plus coûteux et rares, certains manuels constituent pour les éditeurs le moyen de réaliser d’importants bénéfices. Entre les coûts de production et les prix de vente, les éditeurs justifient la montée des prix des seconds par celle des premiers. Une situation dont les répercussions ne se font ressentir que sur les élèves et leurs parents.

Un souci d’accessibilité pour les consommateurs

L’achat des manuels scolaires est devenu une nécessité au même titre que le payement des frais d’écolage, c’est donc une dépense qu’il faut budgétiser. Il n’est cependant pas toujours aisé de se fixer sur les prix, autant qu’il est parfois difficile de se procurer certains livres dans les librairies. Le prix du livre neuf ne s’adapte malheureusement pas à la situation socio-économique des familles.

Il leur faut parfois privilégier certains livres au détriment d’autres, pour rester dans leurs budgets, non sans risquer d’influencer l’acquisition des connaissances de leurs enfants. Les élèves plus consciencieux quant à eux se rapprochent de leurs camarades qui ont pu acheter ou se faire acheter ces livres coûteux, afin de les emprunter chez ceux-ci pour faire des devoirs ou approfondir leurs connaissances. Le coût de production de certains manuels est tellement élevé que les éditeurs n’en produisent qu’une quantité très limitée.

Ceci occasionne généralement au bout d’un moment les ruptures de stock qui mettent les consommateurs, même les plus nantis dans un embarras total. La problématique due à la disponibilité des livres scolaires augmente considérablement au fil des années, alimentée par la situation socio-économique générale qui ne s’améliore guère. Cette situation a malheureusement une véritable incidence sur le niveau scolaire des élèves de nos jours. Au-delà de cet état, il faut également retenir que l’acquisition constituait également un élément de démarcation entre les familles nanties et celles qui le sont moins, une pratique qui tend également à dégrader le tissu social.

Getboox.com, le 23 mai 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *